icon

?

Livraison gratuite à partir de CHF 75.- Nourriture saine pour chiens d'AniSwiss.

?

Nouvelles collations en vente maintenant pour un temps limité ! Utilisez le code NEW pour 15% de réduction.

Partie 12 - Fippo est à nouveau recherché

"Ce n'est pas vrai !" crie Fadrina et court après Fippo. « Fippo, reste ! Ici! Fippo ! » Mais Fippo se précipite vers l'allée comme un champion de lévrier, tourne si brusquement la glace qu'il tangue un instant et disparaît dans l'obscurité. « Fippo ! - L'air glacial de l'hiver semble avaler le cri de Fadrina. Elle accélère, prend la même courbe que Fippo avant - et s'écrase. Son genou gauche tape fort sur le sol glacé « Ouch ! ».

"Qu'y a-t-il, êtes-vous tous les deux fous maintenant, Huara Siach ?" - Riet est apparu de nulle part, il aide Fadrina à se relever, la tient dans ses bras un instant.

« Qu'est-ce qui ne va pas avec votre chien ? Pourquoi s'enfuit-il comme le diable est après lui ? »

« Merde ! À cause de toi! C'est uniquement grâce à vous ! »

Riet ne comprend plus le monde : « Pourquoi à cause de moi ? Je n'ai rien fait ?" Il place une boucle blonde derrière son oreille, tire son bonnet de laine plus bas sur son visage.

"Oui, tu ne comprends pas ?" Fadrina essaie soigneusement de mettre du poids sur la jambe gauche. Un "Aïe !" elle s'échappe. "Faites attention!" Riet la serre contre lui, ce contre quoi elle se défend vigoureusement. Le temps presse. La distance de Fippo ne doit pas être trop grande.

« Fippo s'est souvenu de vous ! C'est à cause de toi qu'il s'est enfui en premier lieu ! Allez, il faut qu'on le poursuive !" Elle descend avec son pied gauche, seulement pour dire "Aïe!" appeler.

"Vous restez ici", dit Riet et il s'élance.

« Non, absolument pas. Devant vous, il s'enfuit vraiment et puis il reprend le train à travers la moitié de la Suisse ! Fadrina a du mal à suivre. « Fippo ! - Encore une fois, le O résonne dans la nuit puis s'éteint. O-o-o. Silence. « Plus important encore, je n'ai aucune idée de la direction dans laquelle il a couru ! Fadrina sent les larmes monter. "Ça a commencé si joliment. Vous auriez dû le voir profiter du trajet en CarPostal. Comme s'il n'avait pas été absent un seul jour." elle avale. « Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? » demande-t-elle en regardant Riet. Il tient déjà son téléphone contre son oreille. «Je vais signaler à la police, peut-être que quelqu'un a déjà appelé parce qu'un chien erre dans le village».

Fadrina se frotte le genou. Elle pourrait se gifler à droite et à gauche pour ne pas avoir mis Fippo en laisse. Maintenant, toute la belle joie des retrouvailles a disparu. Dans son esprit, elle voit déjà de nombreux mois sans Fippo. "Je ne peux pas le supporter !" se murmure-t-elle. « Quoi ? » demande Riet en mettant son téléphone portable dans la poche de sa veste. "Être à nouveau sans Fippo", dit-elle. "Maintenant, ne peignez pas tout de suite en noir foncé!" Riet embrasse le bout de son nez. « Pensez-y : où aurait-il pu fuir ? » - "La dernière fois, il a couru directement au Posti et de là au train à Scuol." - « Peut-être qu'on devrait aller au dépôt de bus ? Viens!" Riet attrape la main de Fadrina et l'entraîne avec lui. Le genou me fait beaucoup moins mal maintenant.

Riet le voit le premier : « Là ! Empreintes de pattes fraîches dans la neige ! » Il sort à nouveau son téléphone et allume la lampe de poche. Un faisceau de lumière chaleureux illumine la fine couche de neige au sol devant eux, et – en effet : « Il y a des traces ! Fadrina le crie presque. Ils se lancent à la poursuite comme des chiens renifleurs. Fippo tourna derrière la maison voisine, puis revint dans la rue principale, puis tout droit devant. Riet allume la lampe par terre, Fadrina presse le pas, son cœur bat de plus en plus vite. « Fippo », crie-t-elle d'une voix caressante, mais pas un son ne se fait entendre, pas un halètement, certainement pas un aboiement. Rien, rien, rien.

Ils ont presque perdu la trace de Fippo à la fontaine de la place du village. Plusieurs chiens semblent s'y être rencontrés récemment, impossible d'attribuer les empreintes de pattes. Vous décidez d'une piste qui monte de la fontaine au village.En même temps, d'autres pattes se dessinent dans la neige, des plus petites, "déterminées par un chat", pense Fadrina. Était-ce Lumpazi, son propre chat ? Étaient-ils tous les deux dans le village ensemble ?

Le sentier passe devant le bâtiment de l'école, l'atelier de menuiserie de Franco, le Volg. Ensuite, de nombreuses empreintes peuvent être vues en place, comme si Fippo avait fait une pause et fait des plans ici. « Et maintenant ? », demande Fadrina. Riet est un peu plus loin avec son portable allumé : « Je crois que c'est ici », crie-t-il par-dessus son épaule, et elle se fige. C'est la direction du passage souterrain de la gare. Seulement pas ça, se dit Fadrina, mais pas encore avec le RhB pour une durée indéterminée dans les plaines.

Sa respiration s'accélère alors qu'elle suit Riet vers le passage souterrain. Soudain, il s'arrête si brusquement qu'elle a failli le percuter. "Regardez, ici, il a soudainement tourné, un virage à 90 degrés", et elle a presque ri de soulagement. Elle allume la lampe de poche de son propre téléphone portable et ouvre maintenant la voie, empreinte de patte par empreinte de patte.

Impair. Elle est surprise. Va plus vite. Les empreintes sont bien visibles. À côté d'eux, un peu plus indistinctement, se trouvent les pattes de chat plus petites. Fadrina connaît la direction. Que ce soit Fippo... - Elle n'ose pas y réfléchir, encore moins l'exprimer. Excitée, elle expire brusquement, son souffle s'élevant comme un nuage blanc. À un moment donné, Riet est apparemment arrivé à la même conclusion : "Fadrina, tu sais ce que je pense ?" elle hoche la tête. "Je le pense aussi, mais..."

Deux tours de plus. Retenez votre respiration deux fois de plus. Frissonnez encore deux fois. Et les deux fois un soulagement sans limite. "Reste là!" Fadrina tapote joyeusement Riet sur la poitrine, éteint la lampe de poche, ralentit son rythme, tourne le coin comme si elle marchait sur des œufs crus. Et là, elle les voit, tous les deux. Fippo, qui creuse un trou assez important dans son petit jardin, est surveillée par Lumpazi, qui, comme toujours, trône de son poste d'observation sur le muret et regarde Fadrina avec un regard mêlé de fierté et de triomphe. . Fippo, d'autre part, ne remarque rien, il tape et tape, et ce n'est que lorsque Fadrina se tient très près derrière lui et dit "Hey, Fippo" à voix basse, qu'il s'arrête au milieu du mouvement, commence japper puis lui sauter dessus comme si elle venait d'un voyage de trois ans autour du monde. Elle caresse et serre dans ses bras son chien en fuite, attrape le collier et ne le lâche pas une seconde.

Le soulagement est grand. Seulement : un problème subsiste. Comment Fadrina peut-elle faire comprendre à Fippo que Riet est ami et non ennemi ? Devra-t-elle choisir entre les deux ? Cela reste passionnant. Comme toujours, vous découvrirez bientôt à quel point c'est excitant ici. Au revoir !

.

1 Réponse

Edith

Edith

mars 24, 2022

jetzt habe ich als “Quereinsteigerin” begonnen die Abenteuer von Fippo mit zu verfolgen.
“Huere siech” :-D Man erkennt sich in einigem wieder :-)
Freue mich auf weiteres Daumenhoch :)

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.
Suche