icon

?

Livraison gratuite à partir de CHF 75.- Nourriture saine pour chiens d'AniSwiss.

?

Nouvelles collations en vente maintenant pour un temps limité ! Utilisez le code NEW pour 15% de réduction.

Partie 13 - Cible : le policier blond

Fadrina passe tout le temps avec enthousiasme d'une pièce à l'autre. Je somnole à moitié, à moitié redresse mes oreilles. Ça tinte doucement, puis ça tinte. J'ouvre mon œil gauche d'un pouce et la vois à nouveau debout devant le sapin. Étrange, un sapin dans la maison. C'est censé être mes nouvelles toilettes ? « Bien, n'est-ce pas ? » demande Fadrina dans ma direction et j'ouvre également mon œil droit.

Elle accroche toutes sortes de choses colorées sur les branches. Je renifle et sens aussi fort que je peux - rien. Il ne semble donc certainement pas être un arbre fourrager. Désabusée, je me laisse tomber sur mon tapis préféré et replonge dans un rêve. Je poursuis un chat roux jusqu'au clocher de l'église, d'où il saute ; oh non, elle semble voler et je me tiens au sommet de la tour et j'essaie de m'accrocher, ce qui ne marche pas très bien.

Heureusement, quelqu'un sonne. Je tire, cours jusqu'à la porte et j'aboie de ma voix la plus grave. Qui veut se rapprocher de ma Fadrina ? Il devra s'occuper de moi, oui ! " Dehors, Fippo ! " crie Fadrina, mais j'envoie quelques aboiements après moi, on ne sait jamais. Peut-être que deux policiers seront soudainement de nouveau là et voudront m'emmener - non, non, pas avec moi ! Fadrina ouvre la porte. Immédiatement, je recommence à aboyer. Parce qu'il y a en fait un policier là-bas. La blonde. Je le connais bien, même s'il n'est pas en uniforme aujourd'hui. Je ne suis pas si facilement dupe ! Fadrina n'a probablement aucune idée que le danger est imminent. Elle discute très détendue avec le gars. Maintenant, elle l'embrasse aussi ! Est-ce que les deux font quelque chose ensemble ? A-t-elle promis de me surveiller jusqu'à ce qu'il vienne me mettre dans sa voiture de police ? Et peut-être au refuge pour animaux ?

Je me presse contre le mur et laisse échapper un grognement sourd. "Fippo!" - Fadrina se tourne vers moi. Je regarde immédiatement le sol comme si de rien n'était. Dès qu'elle se retourne vers lui, je grogne à nouveau. "Fippo, ça suffit !" Fadrina a l'air vraiment en colère, je ne savais pas qu'elle pouvait ressembler à ça ! Elle attrape mon col et m'entraîne dans le salon, juste à côté du sapin. J'hésite à être traîné parce que je dois surveiller le flic. Je ne peux pas le quitter des yeux une seconde !

Mais le policier ne se soucie pas du tout de moi. Il nous suit, se dirige vers le sapin, fouille dans sa poche puis pose une étoile dorée sur le tronc fin tout en haut. Le sapin tremble tellement que je dois sauter sur le côté. Le policier rit jusqu'à ce que son estomac tremble. Quelqu'un qui rit comme ça ne peut pas être dangereux, je pense, retournant péniblement sur mon tapis et faisant semblant de dormir. Secrètement, cependant, je les regarde tous les deux. Maintenant, ils ont mis des bougies sur les branches. Voulez-vous brûler l'arbre ? Je me redresse, inquiet. Mais non, ils allument de plus en plus de bougies, et ensuite des boules rouges brillantes. Entre-temps, ils rient et parlent, après un moment, Fadrina apporte une bouteille de la cuisine et deux verres. Apparemment je me suis endormi car quand je me réveille il fait déjà nuit. Lumpazi ronfle à côté de moi, il n'y a personne d'autre dans la pièce.

Je les trouve tous les deux dans la cuisine. Le policier verse de la nourriture dans mon bol. Ma salive colle en longs filets de surprise. Il ne veut même pas m'emmener ! Il veut me nourrir ! Je commence lentement à comprendre que je n'ai pas besoin d'avoir peur. Peut-être qu'il n'est plus flic ! Fadrina ne l'appelle pas policier non plus, mais "Riet".

Riet ne semble définitivement pas avoir de plans pour moi. Je ne pense pas qu'il ait même une voiture avec lui. Plus tard, sur le canapé, il me caresse même et j'oublie de grogner. Lumpazi a l'air perplexe avec ses yeux de chat vert.

Les prochains jours sont confortables. J'ai le droit de faire trois fois un tour en CarPostal avec Fadrina.Les gens sont contents de me voir Un garçon m'a même offert un os à mâcher pour Noël, dit-il. Noël, j'ai trouvé, c'est quand vous allumez les bougies sur l'arbre, mais pas l'arbre, et chantez. Et s'il y a une étoile dorée à côté de mon bol. Quelques jours plus tard, quelque chose se passe à nouveau. Riet et Fadrina sont toujours dans la cuisine, et les visiteurs viennent à la maison depuis le début de l'après-midi. Tant qu'ils ne prennent pas mon endroit préféré, ça va.

Ça sonne à nouveau, et cette fois j'écoute très attentivement. Parce que de l'autre côté de la porte, un gémissement se fait clairement entendre - un gémissement que je ne connais que trop bien. Et je connais aussi la voix de cet homme, et comment. Quand Riet ouvre la porte, je me précipite dehors, bousculant d'abord Bodesurri puis tombant droit sur Marcel. "Pas si orageux !", rit-il et me tapote la poitrine, "Fippo, tu as l'air bien !" J'ai failli éclater de joie à la réunion. Bodesurri et moi nous poursuivons dans toute la maison, nous rattrapant jusqu'à ce que Marcel nous lance nos friandises préférées.

Au cours de la nuit, Fadrina ouvre les fenêtres, les cloches de l'église sonnent, les invités tiennent un verre rempli à la main et se trinquent, seuls Bodesurri, Lumpazi et moi secouons la tête avec perplexité. « Happy New Year's Eve ! », « Happy New Year ! », « New Year », tout le monde crie dans la confusion, si fort que je recule vers le poêle en faïence. Je ne sais pas exactement ce que signifient ces mots, mais ils sonnent comme quelque chose de bien.

Ainsi, la nouvelle année commence plus détendue que tout ce que Fippo et Fadrina ont jamais vécu ensemble. Est-ce que ça va rester comme ça ? Vous le découvrirez bientôt ici - au revoir et seulement le meilleur en 2022 !

.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.
Suche