icon

?

Livraison gratuite à partir de CHF 75.- Nourriture saine pour chiens d'AniSwiss.

?

Nouvelles collations en vente maintenant pour un temps limité ! Utilisez le code NEW pour 15% de réduction.

Partie 16 - Fippo neuf avec muselière

« Est-il en colère maintenant ? » – Fadrina soupire. Elle entend la question pour la cinquième fois ce jour-là, cette fois de la part de l'étudiante Carlotta. Fippo est assis avec son museau dans l'allée du car postal près de la porte et regarde innocemment le vert printanier frais. "Quelqu'un prépare des friandises avec des somnifères puissants, et Fippo en a déjà attrapé plusieurs - il mange tout ce qui lui passe sous le nez", dit Fadrina avec fatigue et démarre le bus. Le moteur tremble brièvement puis se transforme en un léger bourdonnement.

Carlotta se frappe le front avec la paume de la main : "Maintenant, je vais m'en rendre compte", crie-t-elle et pose son gros sac à dos par terre, "des somnifères ! Oui bien sûr. Le chat de ma nonna a également chancelé dans son panier comme un ivrogne récemment et n'a pas bougé pendant des heures après. Ma grand-mère a dit que Minusch était morte ! » – « Oh non ! C'est un mal ! », dit Fadrina et dirige habilement le CarPostal de l'arrêt de bus vers la route principale. "La police n'a pas encore de piste, c'est impossible !"

Carlotta n'écoute plus, elle compose précipitamment un numéro sur son téléphone portable et crie clairement à travers le bus : "Nonna, Minusch a probablement mangé un appât avec des anesthésiants. Il vaut mieux le garder à la maison pour les prochains jours. » Il n'y a que quatre personnes dans le car postal ce matin, c'est hors saison. Les remontées mécaniques sont à l'arrêt, il est encore trop tôt pour randonner. Fadrina aime cette époque où l'Engadine semble plus tranquille et introvertie que jamais.

Elle profite de l'après-midi libre pour une longue randonnée avec Fippo jusqu'au village Schellenursli de Guarda. Fippo lui montre à chaque minute à quel point il pense peu à marcher en laisse - et avec une muselière en plus. Pendant d'innombrables minutes, il essaya désespérément d'enlever lui-même la chose détestée, jusqu'à présent sans succès. Ça fait mal à Fadrina de le voir faire, mais elle ne veut pas risquer une autre overdose pour Fippo, comme le nouveau vétérinaire l'avait expressément mis en garde. « Fippo, c'est con, mais tant que quelqu'un répand des pilules, tu dois porter ce truc », lui explique-t-elle. Il lui lance un regard dubitatif, secoue vigoureusement la tête dans tous les sens, puis tire immédiatement à gauche, à droite, s'arrête et renifle pendant des heures, trottine un moment à côté de Fadrina avec ennui, pour sprinter tête baissée dans les airs pour la minute suivante.' t1>

Fadrina n'est pas préparée, tombe au sol et lâche la laisse. "Fippo ! Ici ! » crie-t-elle, mais Fippo a déjà disparu au prochain virage de la route. Jurant, elle se lève, fait tomber la terre de ses genoux et siffle. Elle est folle. Au cours des dernières semaines, elle a investi beaucoup de temps dans le rappel. Fippo était coopératif et de jour en jour, il réagissait plus rapidement et de manière plus fiable au coup de sifflet. Pourquoi agit-il maintenant comme s'il ne l'avait jamais entendu de sa vie ? " Fippo !" Elle commence à courir, tourne à droite comme Fippo avant - et s'arrête avec étonnement.

Un jeune homme avec une casquette noire, de longs cheveux blonds et un sweat à capuche gris est assis sur un banc. Il gratte tendrement la poitrine de Fippo. Le chien presse avec confiance tout son corps contre les jambes du jean du garçon comme s'il était l'ami de sa vie et n'est que trop heureux d'être caressé. "Tomate infidèle," murmure Fadrina, se déplaçant silencieusement vers eux deux. Elle regarde le garçon sortir quelque chose de la poche de son jean et le tendre à Fippo avec la paume de sa main. Fippo renifle, gémit et essaie de passer sa langue à travers la grille du museau, en vain. Fadrina n'en croit pas ses yeux quand le garçon essaie d'enlever le museau de Fippo. "Hey, qu'est-ce que tu fais ?" appelle-t-elle brusquement et fait deux pas vers la banque.Le jeune homme se redresse comme si toute une colonie de guêpes avait été piquée et dévale la colline, suivi de Fippo "Merde !" - Fadrina se met aussi à courir en sifflant sur le chemin - mais ça ne sert à rien. Loin devant au-dessus du champ, les oreilles de Fippo claquent dans la lumière du soleil, il n'y a aucun signe du jeune homme.

Pendant qu'elle courait encore, elle a appelé Riet - le policier qui est aussi son petit ami depuis quelques mois. « Notez, vite ! Je pense que je viens de chasser le coupable – il était sur le point de donner une friandise à Fippo », souffle-t-elle dans le téléphone tandis que ses yeux scannent la zone à la recherche d'un jeune homme avec Fippo dans son sillage. "Fadrina, calme-toi. Où êtes-vous ? » – « Un peu en dehors de Lavin et en contrebas du sentier de randonnée vers Guarda. » – « Nous effectuons des contrôles à Scuol. Essayez de savoir où il va. » – « J'aimerais bien, mais il m'a échappé – y compris Fippo », souffle-t-elle. "Alors à Saïch ! – Tu es sûr que c'est lui ? » Fadrina n'a pas à hésiter : « En tout cas, il s'est montré assez ostentatoire ! Sinon, il ne se serait pas enfui. » – « Bon, peut-être qu'il a autre chose dans son assiette ! » devine Riet. "J'essaie de venir le plus tôt possible. Faites un rapport et envoyez-moi l'emplacement !" Lorsque Fadrina veut dire "Je le ferai !", la connexion est déjà interrompue.

Elle se tient seule sur le terrain et se sent incroyablement stupide. Pas un garçon, pas un Fippo de loin. Des scènes tourmentantes se sont déroulées devant son œil intérieur : Fippo étant rempli de pilules - cette fois avec tellement de pilules qu'il subira de graves dommages. Dans son esprit, elle le voit se rouler par terre de douleur, sa bouche mousse, elle entend le vétérinaire dire : "Je suis désolé, nous sommes trop tard cette fois !" - Avec tant de désespoir dans son cœur, elle court jusqu'à Lavin, fait le tour de la petite église, jette un coup d'œil à la gare et suit son intuition dans la salle d'attente. Il y a toute une classe de maternelle qui bavarde et crie à propos de quelque chose qu'ils ne peuvent pas voir au début.

Mais ensuite elle entend une secousse familière, un bâillement, les enfants rient, Fippo se lève du sol, trottine paresseusement vers elle et elle le serre dans ses bras. "Est-ce que c'est votre chien?" demande l'un des enfants d'âge préscolaire, une fille avec une queue de cheval et un énorme écart entre ses dents. "Pourquoi porte-t-il une cage sur son visage ?. – Fadrina peut à peine parler, elle retient tellement ses larmes. "Tu sais," dit-elle alors, "il mange des conneries et ça lui donne mal au ventre." - "Oui, moi aussi je fais ça parfois et puis mon père fait du thé avec des feuilles vertes", explique joyeusement la fille avec un léger zézaiement. "Mais qu'est-ce qu'il fait à la gare ?" - "Il aime juste voyager en train", explique Fadrina. Les enfants reniflent, rigolent, rigolent et ne peuvent pas s'arrêter. Fadrina attrape la laisse. « Allez, Fippo ! » À son grand soulagement, il marche comme d'habitude et ne montre aucun signe de fatigue. "Peut-être que le garçon n'a vraiment rien à voir avec les pilules", pense-t-elle, et rentre chez elle avec Fippo. Elle a perdu l'envie de marcher.

À ce moment, le téléphone portable sonne. informé "Fadrina, tu as trouvé Fippo ?" - "Oui, je viens de le trouver à la gare de Lavin." - "C'est bien. Entre-temps, nous avons ordonné l'interrogatoire d'une personne suspecte. » – « Le jeune homme ? » – « Non », dit Riet et marque une pause. "C'est une femme."

Qui est la femme si méfiante que la police l'interroge ? Et Fippo a-t-il vraiment arrêté de manger des stupéfiants ? Les réponses à ces questions et bien d'autres se trouvent ici dans la suite. Bientôt, bientôt - début juillet. Au revoir !

.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.
Suche