icon

?

Livraison gratuite à partir de CHF 75.- Nourriture saine pour chiens d'AniSwiss.

?

Nouvelles collations en vente maintenant pour un temps limité ! Utilisez le code NEW pour 15% de réduction.

Partie 15 - Fippo - Que se passe-t-il ici ?

« Le train se balance dans le tunnel comme un navire, et j'apprécie le trajet et le courant d'air. Peut-être ferai-je à nouveau connaissance avec une chienne odorante, comme la dernière fois lors de mon voyage à travers la Suisse ? Par mesure de sécurité, je lève le nez et je renifle ! En effet! Mmmh ! Ah ! Qu'est-ce que ça sent !

J'en reprendrai plein le nez. D'où vient le parfum ? Curieux, je monte dans le wagon suivant, mais il n'y a pas de chien au loin. Où... qu'est-ce que c'est ? Ah, ici! Deux doux yeux noirs me regardent depuis une boîte, cachés sous un rideau de boucles blanches. Maintenant, le rideau gémit aussi ! Mais comment puis-je ouvrir cette stupide boîte ? Je pousse le fermoir plusieurs fois avec mon museau. La propriétaire lève les yeux de son livre, surprise, et agite sa main devant mon nez : « Chut, chut, sors ! - Salut? Elle ne peut pas simplement me chasser de cet endroit séduisant. Je fais semblant de n'avoir rien entendu et je continue de renifler Whiteilocks. C'est très fastidieux à cause de la calandre à l'avant du boitier, notamment parce que mon museau est aussi assez gros, mais ça marche ! Mon nouveau petit ami commence à me lécher les lèvres de façon apaisante. "Foutez le camp!" - Oups! La femme m'a crié dessus si fort que j'ai traversé toute la voiture sous le choc, puis dans la mauvaise direction !

Dans le dernier compartiment, quelqu'un gêne. Je freine brusquement et là je reconnais qui c'est : Bodesurri ! Je me jette sur le dos avec joie. Mon petit ami, comme tu m'as manqué ! Apparemment, la même chose lui est arrivée : Bodesurri halète, gémit, aboie, tout est mélangé. Nous commençons à lutter de la manière habituelle jusqu'à ce que le train s'arrête et que les gens descendent. Bodesurri me fait signe de la tête de le suivre. Nous quittons le train, la gare, puis nous sprintons côte à côte comme si nous pouvions voler. Soudain, nous nous retrouvons devant un grand bâtiment, et je le reconnais aussi ! Bureau et entrepôt de Marcel. Ici, Bodesurri et moi avons volé les friandises quand nous avons vu une déchirure dans un sac. Parfois on agrandit aussi discrètement la crevasse avec nos dents, mais pssst.

Je suis Bodesurri en direction de l'ascenseur, qui s'ouvre d'abord comme par magie puis se referme jusqu'à ce que nous flottions ensemble. La porte de l'entrepôt est ouverte et il y a en fait des "Bölleli" incroyablement bons provenant d'un sac cassé sur le sol. Ce n'est que maintenant que je réalise à quel point j'ai faim, mon estomac gargouille et j'avale un bol après l'autre, Bodesurri fait de même. « Fippo, Fippo ! - Étrange, la voix de Marcel a changé. Sinon c'est un peu plus profond. où est-il de toute façon Je ne peux pas le repérer, pas dans tout le camp, et manger à la hâte avant que le pays du lait et du miel ne marque ses buts ici. Mais Marcel n'arrête pas d'appeler. "Fippo, réveille-toi !" - Que devrais-je? Réveillez-vous? Bien sûr que je suis éveillé, après tout je mange. Marcel a sans doute besoin de lunettes, je pense, et me jette sur les dernières friandises qui ont roulé dans le coin. "Fippo ! Réveillez-vous!" - Je grogne de dégoût. Pourquoi ce type me stresse-t-il autant ? Et pourquoi sa voix ressemble-t-elle à celle d'une femme aujourd'hui ? Pas n'importe quelle femme, je remarque, mais exactement comme - la voix de Fadrina ! Cela a-t-il à voir avec le carnaval qu'il déguise sa voix ? Eh bien, je m'en fous. Le nez au sol, je traque la toute dernière friandise qui s'est retrouvée sous un autre sac de nourriture.

A ce moment, je ressens une secousse. Quelqu'un me frotte rudement la fourrure, crie « Fippo ! » encore et encore dans mon oreille. La voix n'est plus silencieuse. « Fippo, Fippo, réveille-toi ! J'avale la friandise et essaie d'ouvrir encore plus grand les yeux. Où que soit Marcel, il semble pouvoir devenir invisible.Cela fait-il aussi partie du carnaval ?

J'écarquille les yeux et regarde droit dans le visage de Fadrina Riet, le policier blond, se tient derrière elle et à côté de lui un autre homme, mais ce n'est pas non plus Marcel. D'une certaine manière, il me semble familier! Mais d'où, d'où ? Les bribes de mémoire tourbillonnent comme des confettis dans mon cerveau de chien. Et soudain, je me rends compte : c'est le vétérinaire. Veut-il encore me donner des pilules bizarres ? Je fais immédiatement le mort et, alors que je ferme les yeux aussi fort que possible, quelque chose d'autre s'impose à moi. Ça ne sent pas du tout le camp de Marcel. Ça sent la maison ici, comme Fadrina et mon tapis de laine bien-aimé !

Je cligne brièvement des yeux sous mes cils pour vérifier si Bodesurri est là. Aucun signe de mon ancien copain. Mais le deuxième policier se présente. Je le reconnais tout de suite - il était là quand ils ont voulu venir me chercher. Je ne le vois que flou, comme à travers un voile. Mais je peux voir Riet rire, le vétérinaire secouer une boîte de pilules, l'autre flic prendre des notes - et Fadrina pleurer. Pourquoi ?

Je veux sauter, mais mes jambes sont en caoutchouc. Cela prend un certain temps jusqu'à ce que je sois enfin à quatre pattes et que je me balance beaucoup. Puis je lève la tête et lèche les larmes de Fadrina."

Que signifie ce rassemblement au Fippo ? Et qu'en est-il de la personne responsable du sommeil de Fippo - et de l'appât avec le somnifère ? A suivre... relisez-le !

.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.
Suche