icon

?

Livraison gratuite à partir de CHF 75.- Nourriture saine pour chiens d'AniSwiss.

?

Nouvelles collations en vente maintenant pour un temps limité ! Utilisez le code NEW pour 15% de réduction.

Partie 3 : Le voyage de Fippo dans l'inconnu

"J'ai immédiatement remarqué que quelque chose n'allait pas. Je peux sentir les flics à 100 mètres au vent. Même si je n'ai rien mangé. Sauf que je voulais rester avec Fadrina. Pas seulement parce qu'elle aime conduire le bus autant que moi. Je suis tombé un peu amoureux d'elle. Mais lorsque les deux flics ont sonné et que j'ai entendu quelques mots, comme "Soglio", où habite mon propriétaire, des sonnettes d'alarme ont retenti comme une sirène dans mes oreilles de chien. Loin de Fadrina – jamais de ma vie ! Pendant que les policiers parlaient et semblaient à moitié endormis, j'ai tranquillement élaboré un plan. je courrais Et reviens parfois. Quand tout le monde est fini.

Lorsque le moment crucial arrive, échappez-vous par la porte d'entrée en passant devant le Landjäger sans voix. Mes jambes sont rapides comme l'éclair, je me contente de voler dans la neige pendant qu'un Landjäger essaie de me rattraper. Il s'enfonce jusqu'aux genoux, mais je vole élégamment comme une gazelle en direction de Dorfstrasse.


Le car postal se dirige juste vers l'arrêt de bus. C'est un signe ! Au volant se trouve Mario, le collègue de Fadrina. A part lui, il n'y a personne dans le bus et je me souviens que c'est le matin du Nouvel An et que tout le monde dort probablement encore. "Hey, Fippo, qu'est-ce qui se passe dans le train uma ?" dit-il et je m'effondre sur le sol avec ma fourrure pleine de boules de neige et mon pantalon devant moi. Un regard scrutateur par la fenêtre révèle que le Landjäger ne m'a pas suivi - ou qu'il ne m'a pas rattrapé. Si seulement le bus part bientôt ! Mais Mario baisse la vitre et entame une conversation avec Elisa, l'assistante de service de l'hôtel. Ils souhaitent sans cesse une bonne année et fantasment sur la météo, s'il neigera encore plus aujourd'hui, autant qu'hier ou plus, et en général il n'y a pas eu autant de neige un matin de Nouvel An depuis des lustres.

Je deviens nerveux. Est-ce que je dis juste ça, ou y a-t-il des voix derrière la grange ? Est-ce que l'on ne sonne pas exactement comme celui du policier ? Juste au moment où je suis sur le point de reculer péniblement, Mario démarre enfin le moteur. J'expire et laisse pendre ma langue. Partez maintenant.

Le trajet en bus me calme immédiatement. Il n'y a rien de mieux. Je pourrais toujours vivre dans le bus, ou presque. La fourrure de Fadrina et son tapis en laine dans le salon sont encore plus douillets, je l'avoue. La chaleur du bus et le balancement familier me font somnoler. Je ne me réveille que lorsque j'entends la voix de Mario : Scuol-Tarasp, Staziun. Soudain, tous les souvenirs retombent dans mon cerveau de chien. fadrine Les policiers. Existe-t-il un rapport de personnes disparues ? Mario ressemble toujours. Je dois y aller. Rapide. Avant que quelqu'un ne me trouve. Je me lève lourdement et tremble. Il y a un petit lac où je me suis allongé. "Fippo, tu fais toujours un gâchis uhuara!" dit Mario, mais il ne le dit pas en colère. Néanmoins, je reçois mon regard de chien le plus innocent de la gamme, puis je me tiens devant la porte arrière. Ça siffle, ça s'ouvre et je m'éclipse. Dehors, un petit garçon se tient presque sur ma patte : "Mami, lueg, de gross Hund !", crie-t-il et je me fais disparaître.

Et maintenant ? Jusqu'où? Je vois le train rouge sur les rails. Hm. Je suis un pro de la conduite du bus, donc le train devrait aussi fonctionner. L'annonce par haut-parleur retentit, je capte quelques bribes : "Regio-Express direction Disentis/Mustér vers... Landquart piste 2." Aucune idée d'où tout cela se trouve, mais Landquart sonne comme un pays et un lieu. Certainement un bon endroit pour les chiens. Les escaliers sont un peu raides, mais j'arrive à entrer.

Dès que je suis à l'intérieur, une paire de skis me tombe sur le dos avec un claquement. Aie! Je ne peux pas m'empêcher de gémir. « Attention ! » Une voix de femme."Qu'est-ce que le chien doit faire pendant la promenade?" Une voix d'homme, agacé, je me fais le plus mince possible et traverse la voiture à grands pas. Partout, il y a des gens en combinaisons de ski couleur perroquet, qui chargent des traîneaux, des sacs, des bâtons de ski et des sacs à dos dans le porte-bagages. « Mensonge maman, un chien ! » Une fille tend la main. Je renifle rapidement et passe à autre chose. Après trois voitures, c'est différent. Pas de bancs, pas de monde. Juste des sacs et des boîtes et quelques traîneaux. Je vais rester ici, personne ne me voit ici.

Je me laisse tomber sur l'un des sacs de jute par terre. Et soudain mon cœur est lourd. Fadrine ! Landquart doit être très loin. Et si je ne la revoyais plus ? dois-je vraiment conduire ? Ou sortir tout de suite ? Trop tard! Le train commence à rouler. Il tremble un peu et je me balance d'avant en arrière sur le sol glissant. Pour l'instant personne ne m'a repéré. A peine avais-je réfléchi jusqu'au bout que l'hôtesse du train s'avança droit vers moi à vive allure. Quand il me voit, il ralentit. « Qu'est-ce que tu fais ? » Il sort un téléphone portable. « Collègue, veuillez appeler : il y a un chien dans le fourgon à bagages, hirsute et gros. Les propriétaires sont priés de venir le chercher. Je sursaute. Pour l'amour de Dieu, non. Bien sûr, l'agent de bord a mal interprété mon horreur. "Muasch kai Fear ha!" Le train grince. Je commence à trembler. Heureusement, l'homme s'éloigne. De loin j'entends des crépitements dans le haut-parleur, quelque chose avec "... prochain arrêt". Et puis je l'entends très fort : « Dans le fourgon à bagages au bout du train, il y a un gros chien errant. Les propriétaires sont priés de récupérer l'animal immédiatement."

J'ai haleté de terreur. Et maintenant? Je ne veux aucune idée. Là! Quelqu'un écarte la porte. Pas. Encore plus d'étapes. Deux jeunes femmes se tiennent devant moi. "Jösses", dit l'un, "il est mignon !" Son collègue me regarde : "A tomber amoureux !" La porte s'ouvre à nouveau. Le chef d'orchestre de tout à l'heure apparaît, me regarde, les regarde tous les deux. « C'est ton chien ? » Les deux jeunes femmes acquiescent, puis celle aux longs cheveux roux crie : « Oui, c'est Mikka. Malheureusement, il part toujours. Mais maintenant on l'emmène avec nous. » – « Tu n'as pas de laisse ? » « Oui, oui, dans notre compartiment. » – « Et tu as acheté le billet ? » – « Euh, oui, en ligne. Mais je n'ai pas mon téléphone portable avec moi en ce moment. » L'agent de bord acquiesce. "Dans ce cas, assurez-vous qu'il reste avec vous maintenant. Ce n'est pas bien pour les chiens de se promener simplement ici."

Je me sens complètement différent. Ils ont l'air bien tous les deux. Mais – j'appartiens à Fadrina. Que suis-je censé faire ?

Avez-vous aimé le message ? Cliquez ici pour le post suivant : Partie 4 : Alarme hormonale !

#nourriture pour chien suisse #nourriture pour chien sensible #nourriture saine pour chien #nourriture pour chien sensible #nourriture saine pour chien suisse #meilleure nourriture pour chien #nourriture pour chien sans grain #nourriture humide pour chien #nourriture premium pour chien

.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.
Suche