icon

?

Livraison gratuite à partir de CHF 75.- Nourriture saine pour chiens d'AniSwiss.

?

Nouvelles collations en vente maintenant pour un temps limité ! Utilisez le code NEW pour 15% de réduction.

Partie 6 - Fippo au paradis

Ce qui s'est passé jusqu'à présent :

Fippo, le chien hirsute qui aime voyager, s'est enfui de la police et est monté sur le RhB à Scuol. Il échappe de justesse à deux jeunes "mères adoptives", puis suit la piste prometteuse de la chienne Aika et s'éloigne ainsi de plus en plus de Fadrina en Engadine, à qui appartient son cœur. Mais il s'est retrouvé de manière inattendue dans le paradis des chiens et cause beaucoup de confusion ici. Voici sa cinquième aventure :

"Psssst ! Ne me dis pas ! Je suis dans un endroit merveilleux. Ça sent tellement bon ici que je ne peux pas m'empêcher de le renifler. Njam ! Je pense que c'est une sorte de paradis pour les chiens. Je ne sais pas exactement car je ne sais pas lire. Mais j'ai clairement vu une chevalière avec un chien.

Et je ne peux pas juste sentir. Je peux même manger. Il y a tellement de types de nourriture pour chiens ici, aucun autre chien ne me croira. C'est le paradis ! L'homme qui s'occupe de la nourriture pour chien s'appelle Marcel. Oh, il est très gentil. Sauf qu'il m'a traîné chez le vétérinaire le premier jour. Je déteste ça! Je déteste l'odeur des cabinets vétérinaires, je déteste les aiguilles, je déteste ces médicaments. Ce que je déteste le plus, c'est d'être hissé sur la table de traitement. C'est froid et glissant. Je fais toujours le mort alors.

Mais du coin de l'œil, j'ai pu voir exactement comment le vétérinaire a mis une chose étrange sur mon oreille. J'ai dû cligner des yeux et gémir par précaution. Ca c'était quoi? Une grosse seringue ? Je gémis plus fort. En vain, car ce n'était pas du tout une seringue, ouf. C'est un appareil qui lit la puce dans votre oreille. Si seulement il y avait une puce, mais je n'en ai pas. En Engadine, personne ne s'en souciait. Mais ici, en Suisse orientale, cela semble soudainement important. En tout cas, le vétérinaire et Marcel ont fait des grimaces très sérieuses lorsqu'ils n'ont pas trouvé de puce. J'ai attrapé des mots : refuge pour animaux, protection des animaux.

Non, s'il vous plaît ne le faites pas. Je n'appartiens pas à la maison. J'appartiens à Fadrina. Heureusement Marcel ne m'a pas emmené au refuge pour animaux. Je l'ai entendu au téléphone, même à la police une fois, quelque chose à propos d'un rapport de personne disparue, mais c'est à peu près tout. Il m'a ramené à Dog Food Paradise et son chien. Il est environ dix fois plus petit que moi, alors je l'appelle "Bodesurri". Parfois, nous sommes tous les deux allongés dans le bureau de Marcel, il y tape sur un ordinateur et passe souvent des appels téléphoniques, et chaque fois qu'il dit "nourrir", je dresse l'oreille. Il dit nourriture très souvent !

Le matin et le soir, il sort avec nous. Mon activité préférée est de courir avec le Bodensurri à travers le grand pré – il y a aussi un ruisseau là-bas. Splendide! Le soir, somnolant sur ma couverture, j'ai parfois le mal du pays. à Fadrine. Je voudrais être avec elle dans sa petite maison confortable. Et le trajet en bus me manque aussi ! Il n'y a rien de plus agréable que d'être sur la route dans le car postal jaune quand Fadrina est au volant. Je soupire profondément rien qu'en y pensant.

Encore plus quand je pense à Aika ! La plus belle chienne de ma vie. J'étais le chien le plus heureux allongé sur le sol à quelques mètres d'elle dans le train. Dans le train qui allait à Bâle au lieu de Landquart. Mais même cela n'avait pas d'importance pour moi à ce moment-là. Tant que je pouvais sentir Aika, rien d'autre n'avait d'importance. Je me suis endormi béatement de la pure joie de le sentir et je ne me suis réveillé que lorsque quelqu'un a crié assez fort "Bâle, gare terminale, descendez tous s'il vous plaît!". Il m'a fallu un moment pour me repérer. Bâle, pourquoi Bâle ? Après quelques minutes, j'ai remarqué qu'il n'y avait plus de parfum. Aïka ! Où était Aïka ?

J'ai bondi endormi et j'ai regardé dans le compartiment avant. Non Aïka. Pas de maître. merde, merde. J'ai couru dans l'allée et sur la plate-forme aussi vite que possible. Une femme se tenait sur ma patte arrière avec son talon, aïe. J'ai poussé un petit cri.Après une recherche effrénée dans toute la gare bruyante - c'est donc beaucoup plus confortable à Scuol - je ne pouvais voir Aika nulle part, je suis monté dans le meilleur train suivant, qui semblait à nouveau aller dans la même direction. J'étais très triste . Aïka ! Mais si je ne pouvais pas l'avoir, au moins je voulais retourner à Fadrina.

J'ai eu de la chance, le train était à moitié vide. J'ai rapidement rampé dans un compartiment à l'étage supérieur derrière le porte-bagages et j'ai essayé de relever mes jambes pour que personne ne puisse trébucher sur moi. Personne n'est venu. Pas même un chef d'orchestre. Par la fenêtre, j'ai vu comment la nuit tombait. J'avais faim. Et soif. Et le mal du pays. Ferma les yeux, s'assoupit à nouveau et rêva d'Aika.

Quand je me suis réveillé, il n'y avait pas d'Aika. Le haut-parleur a crépité, une voix de femme a dit "Next stop Wil". Wil n'était pas Landquart, mais j'ai dû le faire si mal que je suis descendu du train et que j'ai traversé le passage souterrain à une vitesse vertigineuse, à la recherche d'un endroit à mi-chemin intelligent pour déféquer. En chemin j'ai trouvé un demi bretzel avec du jambon dedans, je l'ai avalé goulûment tellement j'étais affamé.

J'ai trouvé le cookie. Puis je ne savais plus quoi faire. Je viens de commencer à courir, mes articulations étaient devenues très raides à force de m'allonger. J'ai marché et marché et marché jusqu'à ce que je rencontre un homme avec un petit chien. « Que fais-tu ici tout seul ? » demanda-t-il, regardant dans toutes les directions pour voir si quelqu'un d'autre venait. J'ai secoué ma tête. Le petit chien m'a reniflé curieusement, je l'ai laissé faire. L'homme a sorti son téléphone portable et a passé un appel; une fois, deux fois, trois fois. Puis il m'a regardé et m'a demandé : « Qu'est-ce qu'on va faire de toi maintenant ? Il est presque minuit ! » J'ai baissé la tête. Le sol Surri s'agita.

"Rentrons à la maison." Je les ai juste suivis tous les deux. Oui, c'est comme ça que je suis venu à Marcel, sans savoir que je serais au paradis. Mais je l'ai remarqué rapidement lorsqu'il a posé le bol de nourriture bombé devant moi. Malgré la moitié du bretzel, j'ai tout dévoré et chassé le Bodensurri alors qu'il voulait effrontément voler une collation.

Je suis ici depuis. C'est comme les vacances. Entre-temps, j'ai même reçu une puce - j'ai dû retourner à cette table glacée pour cela, brrrr - et un nom. Marcel m'appelle Basti. Il ne peut pas savoir que je m'appelle Fippo.

Parfois, avant de m'endormir, quand le Bodesurri ronfle doucement à côté de moi, je m'imagine de retour avec Fadrina. Parce que c'est peut-être le paradis, mais Fadrina c'est la maison. Si seulement je savais comment me rendre à Landquart, puis à Scuol, puis à Lavin. Je ne sais même pas où est la gare. Mais d'une manière ou d'une autre, un jour j'y arriverai."


Fippo va-t-il rester avec Marcel et Bodesurri ? Ou quitter le paradis et aller à Fadrina ? Hâte de voir la suite !Voici l'article suivant : Partie 7 - le tournant

#nourriture pour chien suisse #nourriture pour chien sensible #nourriture saine pour chien #nourriture pour chien sensible #nourriture saine pour chien suisse #meilleure nourriture pour chien #nourriture pour chien sans grain #nourriture humide pour chien #nourriture premium pour chien

.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.
Suche