icon

?

Livraison gratuite à partir de CHF 75.- Nourriture saine pour chiens d'AniSwiss.

?

Nouvelles collations en vente maintenant pour un temps limité ! Utilisez le code NEW pour 15% de réduction.

Partie 7 - le tournant

"Bye-bye !" Fadrina dit au revoir à ses derniers invités du CarPostal, le jeune Ganzoni avec son chien carlin noir Lulu. Non pas qu'elle ait jamais voulu un carlin, mais Lulu lui rappelle douloureusement Fippo, bien que les deux aient autant en commun à l'extérieur qu'un costume d'Engadine avec une tenue punk. Fadrina passe sa main sur les perles de sueur sur son front, pour les standards de la Basse-Engadine, il fait vraiment chaud. C'est l'heure de la pause déjeuner, le prochain cours ne commence pas avant une demi-heure. Avec un soupir, elle descend du bus sur la place du village et se promène dans la ruelle jusqu'à "Da Salvatore", le patron lui fait signe de loin. « Tiramisù, Chara ? » appelle-t-il, elle lève le pouce.

Salvatore connaît ses envies inhabituelles de déjeuner. Quand elle n'est pas de service, il lui offre un limoncello, aujourd'hui c'est juste un cappuccino. "Prego !" Comme toujours, elle s'assied au bord de la fontaine pour manger, une habitude qu'elle a conservée depuis le confinement. "La pizza serait meilleure, les tomates au moins ont des vitamines", dit Salvatore, comme toujours, et comme toujours elle rigole et répond : "Oui, pour toi." Elle met son visage au soleil, s'imprégnant de la chaleur, ferme les yeux , et voit à nouveau Fippo sauter dans la neige profonde comme un lapin, loin d'elle et de la police.

Elle doit sourire à "Police". Riet Meier et elle sont devenues une histoire folle. Mais aussi une étonnamment belle. En attendant, elle ne se souvient même plus de ce que c'était sans ses visites quotidiennes. En règle générale, il se présente à l'improviste, avant ou après le travail, et il a toujours un souvenir avec lui. Un martini (après les heures), des croissants (avant de prendre son service), une salade, un stylo spécial du commissariat... Elle sourit à nouveau. La plupart du temps, il vient sous un prétexte, même si ce n'est que la nouvelle qu'il n'a aucune nouvelle de Fippo.

Il a apporté la dernière vraie nouvelle au printemps : que le propriétaire légal voulait maintenant lancer une recherche majeure de Fippo avec l'aide de la police. Fadrina se souvient d'avoir oscillé entre la peur et le soulagement : si Fippo était retrouvé, au moins elle saurait qu'il était bien vivant. Or, dans ses cauchemars, elle l'a déjà vu gisant mort sur le bord de la route, quelque part en Suisse. Et en même temps la peur qu'il soit alors remis à sa propriétaire et qu'elle doive l'oublier encore plus que maintenant. Fadrina ne pouvait rien faire d'autre qu'attendre. Et dans cette situation, elle devait s'avouer que le blond Riet lui avait semblé être un ange. Elle-même est toujours considérée comme une « nouvelle venue » en ville. Oui, entre-temps, elle a rencontré beaucoup de gens, mais cela n'a jamais été qu'une courte conversation sur sa défunte Nana ou une conversation dans le Volg. "Il faut s'inscrire dans un club, c'est la seule façon d'avoir une chance dans le village", conseillent ses amis de la ville des basses terres. "Avec mes horaires de travail irréguliers ?", rétorque Fadrina, secrètement contente de l'excuse.

Quand elle rentre à la maison ce soir-là, Riet est déjà assise devant la porte d'entrée, tenant deux bouteilles de Malanser Pinot Noir. Apparemment, il sort tout droit du travail, du moins il porte toujours l'uniforme.

"Y a-t-il quelque chose à fêter ?"
"Oui, peut-être. Assez sûr."

"Oui ou non ?"
"Je te le dirai quand nous serons dans la maison. Si vous pouviez avoir la gentillesse d'ouvrir la porte à votre ami et aide."

Elle rit, déverrouille la porte, fait un geste invitant :

"Voilà, Herr Inspecteur, après vous." Il s'élance vers la cuisine, pose les bouteilles sur le poêle à bois refroidi.

"Ne rendez pas ça si excitant !" crie Fadrina en accrochant sa veste de service sur la chaise en pin.

"D'abord le vin", dit Riet délibérément lentement, prend calmement deux verres dans l'armoire du salon, sort le tire-bouchon du tiroir tordu de la cuisine, comme s'il vivait ici depuis des années Fadrina regarde avec fascination déboucher le bouteille , sans même le moindre "pop" à entendre, et comment il verse, la main derrière le dos comme un serveur galant.

"Viva la Cumpania !"

"Vive !"

Les verres tintent lorsqu'ils se rencontrent, le son s'attarde un moment sur la table de la cuisine.

"Dis-moi !"

Riet la regarde avec amusement, se penche en arrière, pose son verre sur la table au ralenti puis s'exclame : "Eh bien, la dame de Soglio doit aller à la clinique de rééducation une deuxième fois, probablement plus longue cette fois. Elle ne croit plus que Fippo reviendra un jour et a effectivement annulé son droit au chien. En fait, légalement, elle ne peut pas, mais bon, dans ce cas..."

Fadrina écoute bouche bée.

"... Dans ce cas, je lui ai dit que quelque chose pouvait certainement être fait à ce sujet."

"Vous voulez dire ?"
Elle retient son souffle.

Riet sourit d'une oreille à l'autre.

"Cela signifie que vous pouvez désormais vous inscrire en tant que propriétaire de Fippo au bureau d'enregistrement des résidents. Ses papiers sont ici » – il sort maladroitement un carnet de vaccination de sa poche et le pose sur la table.

Fadrina prend la carte d'identité jaune, la retourne et la retourne.

« Cela signifie-t-il que je peux désormais le rechercher légalement ? Et si je le trouve, le laisser vivre ici tout aussi légalement ? Sans que vous et votre collègue Caviezel ne vous présentiez et vouliez l'emmener ?"
Riet boit une grande gorgée et sourit encore plus. "C'est exactement ce que ça veut dire !"

"Oh wow !" - Comme si sa torpeur allait tomber d'elle, Fadrina se lève de la chaise, danse à travers toute la cuisine, jusqu'au salon et retour, " Fippo m'appartient, moi, moi, ouais, c'est le meilleur jour depuis que je vis ici", crie-t-elle et étreint Riet spontanément et si fort qu'il laisse tomber son verre, il se brise en d'innombrables morceaux sur le sol en pierre. « Ce n'est pas grave ! » lui chuchote-t-elle, « ce n'est pas grave ! » Surpris, il la serre dans ses bras tandis que le vin ronge son pantalon d'uniforme et coule de ses doigts. Une odeur amère se répand dans la cuisine. Elle rit quand elle le voit et ne peut pas s'arrêter, ce n'est qu'après de longues minutes qu'elle obtient le rouleau de papier essuie-tout.

Elle aimerait s'asseoir devant son cahier et écrire le rapport de la personne disparue. Elle essuie les éclats en un rien de temps, met du sel et de l'eau minérale sur le pantalon de l'uniforme de Riet. "Hé, qu'est-ce que tu fais... -" - "Vieux truc de ménagère de ma Nana", répond-elle de marbre. Peu de temps après, ils sont tous les deux assis sur le canapé et publient des annonces sur toutes les plateformes où vous pouvez signaler des animaux disparus. "Je peux enfin faire quelque chose, l'attente m'a épuisée", s'amuse Fadrina alors que l'imprimante cliquette et recrache le tract que ses parents et amis des basses terres sont censés généreusement distribuer et accrocher. Heureusement, pendant le temps bien trop court que Fippo a vécu avec elle, elle a pris plus de 100 photos de lui.

Quand Riet dit au revoir, la tache sur son pantalon est presque devenue neutre. L'horloge de l'église sonne une fois. "Oh, et j'ai un quart de travail matinal demain", se souvient Fadrina. Riet grist : "Moi aussi !"
"Buna not", l'appelle-t-elle, et : "Grazcha fich", merci beaucoup. Il se tourne pendant qu'il court, s'arrête un instant, lui souffle un baiser puis disparaît dans la nuit d'été lumineuse, ses cheveux blonds brillant au clair de lune.

La recherche de Fadrina la mènera-t-elle à son bien-aimé Fippo ? Cliquez ici pour le post suivant : Partie 8 - Attention, excitation !

#nourriture pour chien suisse #nourriture pour chien sensible #nourriture saine pour chien #nourriture pour chien sensible #nourriture saine pour chien suisse #meilleure nourriture pour chien #nourriture pour chien sans grain #nourriture humide pour chien #nourriture premium pour chien

1 Réponse

Marion Benazzi

Marion Benazzi

août 05, 2021

Ich kann’s kaum abwarten wir es mit unserem Fippo weiter geht, wird wahrscheinlich schwierig sein das er seine Reise weiter angeht wo er sich ja bei Marcel im Schlaraffenland befindet 😆… so herzig und mit einer love story beflügelt, das tut gut der Seele wo einem von der Corona Situation ablenkt 😉… freue mich schon aufs weiter lesen.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.
Suche