icon

?

Livraison gratuite à partir de CHF 75.- Nourriture saine pour chiens d'AniSwiss.

?

Nouvelles collations en vente maintenant pour un temps limité ! Utilisez le code NEW pour 15% de réduction.

Partie 14 - Est-ce que quelqu'un veut se débarrasser des chiens ?

Fadrina gare le car postal et regarde derrière. Inhabituel. Fippo se réveille généralement d'un sommeil profond dès qu'il entend le bruit du freinage. Cette fois, il somnole, imperturbable. « Fippo, viens ! Nous sommes là!" - Fippo soulève difficilement les deux paupières et regarde Fadrina avec étonnement comme s'il la voyait pour la première fois. "Fippo ! Qu'est ce qui ne vas pas chez toi?" Maintenant, il tape sa queue sur le sol au ralenti ; une fois, deux fois, trois fois, se lève lourdement et avance péniblement.

Fadrina a un mauvais pressentiment. Ce n'est pas le Fippo qu'elle connaît, pas du tout. "Peut-être qu'il est tombé sur lui-même en courant avec les autres chiens ce matin", pense-t-elle en le chassant du bus et en fermant la porte. Sur le chemin du retour, il marche stoïquement à côté d'elle, sans reniflement intense, sans tirer sur la laisse. À la maison, il ignore le miaulement de Lumpazi et ne regarde même pas le bol, se laissant tomber directement sur le tapis de laine. Des bruits de ronflement doux peuvent être entendus pendant moins de deux minutes.

La panique monte en Fadrina comme un petit serpent venimeux. Que devrais-je faire? Elle n'a jamais eu de chien, et si Fippo n'avait pas couru vers elle - mieux : l'avait rejointe lorsqu'elle a pris la relève du chauffeur du car postal -, cela aurait pu rester ainsi. Même Kater Lumpazi est l'héritière de sa Nana. Comme le chalet, comme tout ici. Fippo dort et dort, Fadrina se couche à côté de lui sur le sol et ce n'est que lorsqu'elle voit sa poitrine se soulever et tomber et entend le bruit de sa respiration qu'elle se calme. Au même moment, elle remarque de longs filets de salive allant de ses lèvres au tapis.

Immédiatement, elle est à nouveau alarmée. Spontanément, elle appelle Marcel, chez qui Fippo est resté quelques semaines alors qu'il y a un an, il a simplement pris le chemin de fer rhétique pour échapper à la police et a disparu. Fadrina a un frisson en y repensant – elle ne veut pas revivre cette fois. Marcel répond après la troisième sonnerie. "Ou, ça ne sonne pas bien !" dit-il quand elle lui dit ce qui la tracasse. "Je ne suis pas vétérinaire, mais j'ai beaucoup appris sur les chiens et les maladies canines grâce à mon travail au cours des dernières années. Si j'étais vous, je le ferais examiner."

Les pensées de Fadrina tournent autour d'un seul mot : "Maladies ? Pensez-vous qu'il est en phase terminale ? Et comment malade? Une tumeur ?» - Elle ose à peine penser plus loin. Mais "ça" pense par lui-même. Dans sa tête, les pensées font de puissants sauts périlleux, de plus en plus rapides, de plus en plus sauvages. Marcel la ramène de sa voix calme : « Maintenant ne pense pas au pire. Il a peut-être attrapé un virus. Il peut y avoir une explication très simple. Avant de devenir stupide, allez vérifier et faites-le moi savoir tout de suite, je vous le promets ?" - Elle promet d'une voix faible.

Le vétérinaire s'appelle Reto Walser, il est jeune et sympathique et ne parle pas le dialecte local. Émue comme moi, pense Fadrina, et pour une raison quelconque, elle trouve cela rassurant. « Alors voyons ce que tu as », dit-il, allume les yeux de Fippo, écoute son cœur, teste ses réflexes, prend du sang. Fippo fait le mort : « Si tous les animaux choisissaient cette stratégie, mon travail serait aussi plus facile », rigole Walser en tendant le tube de sang à son assistant, qui a l'air de sortir de l'école. « Fippo a-t-il vomi ? » veut-il alors savoir. Fadrina secoue la tête. « Plus soif que d'habitude ? - « Ni l'un ni l'autre. »

Walser acquiesce. "Les symptômes n'indiquent pas un empoisonnement, mais je ferai quand même vomir Fippo jusqu'à ce que l'analyse revienne du laboratoire." Il le nourrit d'une solution, que Fippo avale à contrecœur, et de quelques comprimés de charbon de bois.En fait, Fippo doit vomir peu de temps après - l'odeur est si dégoûtante que Fadrina lui-même doit lutter contre les nausées. Elle ouvre la fenêtre tandis que le vétérinaire disparaît dans une pièce voisine avec sa blouse qui claque.

Quand il revient, Fippo est déjà assis à moitié droit. Reto Walser lui fait un signe de tête, rit et révèle des rangées de dents d'un blanc éclatant : "C'est bien." Lorsqu'il se tourne vers Fadrina, il devient sérieux : "Tu prends des somnifères ?" - "JE? Non jamais." - "Tu es sûr qu'il n'y a pas un paquet ouvert qui traine chez toi ?" - "Certainement." - "Inhabituel." Le vétérinaire regarde un instant par la fenêtre ouverte, droit dans les nuages ​​de neige. "Tout indique que Fippo a attrapé un puissant somnifère - heureusement pas à des doses mortelles." Il s'affale sur un tabouret rouge à roulettes. Fadrina le regarde impuissant : « Je ne peux pas l'expliquer. A moins qu'il n'ait trouvé une pilule dans le car postal. Ou quelque part dans la neige, je l'ai souvent laissé partir" - "Hmm. Savez-vous ce qui m'inquiète ? Fippo est maintenant le troisième chien du village à avoir mangé des somnifères en une semaine. C'est particulier." - Fadrina lance : « Tu penses que quelqu'un répand délibérément le truc ? Un ennemi des chiens ?" - Reto Walser hoche lentement la tête. "C'est comme ça que ça a l'air. Sinon, il y aurait beaucoup de coïncidences, d'autant plus qu'il n'y a pas non plus de somnifères dans les deux autres ménages. - Fadrina se lève, à sa grande joie Fippo fait de même, s'étire à fond puis se secoue. « Fippo va récupérer, prends bien soin de lui. Et envisagez de porter plainte contre un inconnu - même s'il n'a pas été prouvé que quelqu'un a délibérément dispersé les comprimés et peut-être même les a préparés comme appât. Même si ça n'a pas vraiment de sens. Habituellement, quelqu'un prend de la mort aux rats ou quelque chose de similaire s'il veut envoyer les chiens dans l'au-delà. Mais il faudrait enquêter." - "Merci, je le pense aussi !" dit Fadrina et quitte le cabinet avec Fippo. Aujourd'hui Riet viendrait dîner, elle lui demandera comment procéder. Elle avait imaginé la soirée comme romantique. Dans le rétroviseur, elle voit Fippo s'assoupir à nouveau.

Quel est le problème avec le somnifère ? Coïncidence - ou est-ce plus ? La police va-t-elle enquêter ? Tout cela et plus est dans la suite - à bientôt.

.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.
Suche